L’adultomorphisme ou quand l’adulte projette son mode de fonctionnement sur l’enfant

 @Bougribouillons par Virginie Maillard

Il me semble important de rappeler cela. En tant que parents, nous pouvons avoir tendance à analyser le comportement de l’enfant avec nos propres représentations. Le risque? Passer à côté du besoin que l’enfant exprime et notre réponse de parents être inadaptée et donc, improductive.

Par exemple, lorsqu’un enfant fait quelque chose auquel nous disons « non », il a tendance à recommencer. Le raccourci serait de penser qu’il le fait exprès, qu’il provoque, or l’enfant cherche souvent à se faire confirmer que c’est cela qu’il est interdit de faire, vérifier qu’il a bien compris. Dans les débuts de sa vie, le bébé puis le jeune enfant n’a que son corps comme moyen d’expression, et ce, jusqu’à ce que l’apparition du langage lui permette d’exprimer verbalement ce qu’il souhaite ou ce dont il a besoin. La colère, les pleurs expriment une frustration, de la fatigue, lui permet d’exprimer son mal-être émotionnel ou une gêne corporelle. Il n’est pas simple, même à l’âge adulte, de pouvoir exprimer son mal-être, et la cause de celui-ci. L’enfant a besoin de se sentir écouté, autorisé à être mal, reconnu dans ses émotions et dans sa difficulté à gérer celles-ci (cette capacité ne survient que vers 6-7 ans!). Ainsi, il grandira avec cette sécurité de pouvoir être entendu dans ses difficultés et sera plus apte à poser des mots dessus, à communiquer avec vous.

Avec la fatigue et le stress du quotidien, nous éprouvons, nous-même, des difficultés à gérer nos propres émotions. Il est bon de s’arrêter quelques instants pour les écouter. Ainsi, faire de même avec notre enfant, l’accompagner en mettant des mots sur ce qu’il vit ou fait, peut l’aider à s’apaiser. Ce sont quelques instants à prendre qui seront tout à fait « rentabiliser » ensuite à court, moyen et long terme.

Nous apprenons toute notre vie d’adulte, l’enfant nous apprend quelque chose de nous-même. Pour se sentir en sécurité dans ses explorations, puis, plus tard dans sa vie d’adulte, il nécessite d’être accompagné physiquement et psychologiquement dans la découverte de son environnement. Poser des limites claires à son enfant est aussi gage d’un sentiment de sécurité psychoaffective, permet à l’enfant d’apprendre à gérer la frustration , indispensable à la vie en société.

Tours, St Cyr sur Loire, Neuillé Pont Pierre, Chanceaux sur choisille, psychomotricien, psychomotricité, développement psychomoteur, développement moteur, enfant, adulte, adolescent, personnes âgéees, 37000, 37540, 37390, 37360, Château la Vallière, Château Renault, Monnaie, Notre Dame d’Oé, Mettray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *